Les Trois Terres à Octon près du lac du Salagou 

 

 

 

 

Un peu d'histoire - Les Vignes - Les Sols - La cave


Trois Terres est né quand Graeme Angus eut l’irrésistible envie en 2000, à l’age de 33 ans, d’abandonner une vie urbaine et stressée comme médecin à Londres, pour partir en Australie apprendre la viticulture et l’oenologie, et atterrissant finalement à Octon, où il créa son domaine en 2004 avec son épouse Alice.

Graeme

Le Mas des Chimères

Ils ont avant tout des fils de la chimère, des assoiffés d'azur, des poètes, des fous...Georges Brassens

http://masdeschimeres.com/

Le Mas des Chimères se situe sur la commune d'Octon en bordure du Lac du Salagou.
Deux types de terroir caractérisent ce territoire si particulier:
- Sur les « terres rouges »  ( Permien très vieux sol de 250 millions d'années) seront produit les Vins de Pays des Coteaux du Salagou.
- Sur les plateaux basaltiques seront produit les AOP/AOC, Coteaux du Languedoc et Terrasses du Larzac.
La famille Dardé travaille la terre depuis plusieurs générations à Octon en polyculture: brebis, oliviers et vignes. Cela jusque dans les années 60 où l'élevage est abandonné au profit de la vigne.
Guilhem travaille avec son père et son oncle à partir de 1974. Les raisins étaient alors apportés à la Cave Coopérative du village.
Il s'installe en cave particulière en 1993 et crée le Mas des Chimères. Son épouse Palma travaille progressivement avec lui à partir de 1996, Maguelone sa fille les rejoint en 2008 après de longues études.
La recherche permanente de l'expression du terroir nous a amené à abandonner rapidement tous les produits chimiques nuisibles à la vie de la terre et des plantes.
Nous travaillons nos vignes en en Agriculture Biologique et nos vin sont certifiés Vin Biologique.
Télécharger le document : licenceAB.pdf (4799 ko)

    










Le Mas des Chimères
Guilhem Dardé, paysan vigneron - Octon - Hérault (34) - Languedoc Roussillon

Tel: 00 33(0)467 96 22 70
mas.des.chimeres@wanadoo.fr

Site réalisé par: www.gekoweb.net

Château Capion Le Juge 2009

 Aux portes d'Aniane et de Saint-Guilhem le Désert, Château Capion est idéalement situé pour produire les vins des Coteaux de Languedoc de qualité, la vallée du Gassac étant le berceau des Terrasses du Larzac.

12,60 € la bouteille de 75 clChâteau Capion Le Juge 2009
 
 
Terrasses du Larzac Rouge - Languedoc - 13.5°

Cépages

70 % Syrah, 15 % Grenache et 15 % Mourvèdre

Description

Coup de coeur de notre comité de dégustation (vin sélectionné à l'aveugle le 17 février 2014)
Note V2VIN : 17+/20

Une robe rouge grenat intense
Un nez splendide de notes de garrigues, de réglisse, puis de mûre et de cassis
Une bouche charnue et épicée avec des tannins enrobés et souples
Une fraicheur liée à la minéralité du terroir qui donne un vrai équilibre en fin de bouche

Un Coup de coeur fantastique ! Pour celles et ceux qui ont apprécié les vins du Mas Karolina, nous vous invitons à vous laisser tenter !

Présentation



L'historique du Château Capion
De vieux manuscrits retrouvés mentionnent la construction initiale du Château au XVIème siècle. Mais les premières preuves concrètes retrouvées datent de l'an 1873, lorsque le Domaine de Capion (ou CAPIOU pour les anciens) est acquis par la famille Keittinger.

Déjà, à cette époque, nous citons : « Il se composait de maisons et jardins, labours, vignes, olivettes, bois et pâtures et s'étendait sur une soixantaine d'hectares : les vignes alors étaient comptées pour 12 hectares. Un ruisseau, sorte de torrent descendu des Cévennes, le Gassac, arrosait le domaine et apportait un peu de fertilité dans ce sol pierreux et assez déshérité. »

Monsieur Keittinger restaura le Château dans les années 1880. Il développa en même temps la propriété en faisant construire de vastes chais et des bâtiments de dépendance.

Lorsque le Phylloxéra détruisit la quasi-totalité du vignoble français, entraînant une hausse des prix du vin, Monsieur Keittinger grâce à une fortune personnelle, entreprit l'importation de ceps de vigne américains qu'il fit greffer à ses ceps français restant, le reste du vignoble ayant été anéanti par le fléau.

Ce fut un franc succès mais le propriétaire du Château décéda peu de temps après, laissant derrière lui un domaine prospère.

La chapelle attenante au Château, fut bénite par Monseigneur de Cabrières, vieil ami de la famille Keittinger, en 1888.

Le domaine, toujours d'après les documents retrouvés, fut revendu en 1891 pour des raisons que l'on ignore. Il connut différents propriétaires jusqu'en 1960, année où la famille Salasc en fit l'acquisition. A cette époque il couvrait une superficie de 27 hectares plantés de vignes, le reste du domaine étant sous bois. Les hommes de la famille continuèrent la traditionnelle culture de la vigne tout en apportant une amélioration à la qualité de leurs vins.

En 1996, la famille Buhrer, vigneron sud-africain, rachète la propriété.

La passion de la nouvelle équipe de Capion, l'exigence perfectionniste des hommes qui, chaque jour, y investissent leur force de travail, sont la clé permettant d'extraire la "substantifique moelle" d'un terroir géoclimatique de prédilection.

Le sol est en effet constitué de lits de grèses calcaires, issus de plissements des époques glaciaires : des sols profonds, pauvres en humus parfaitement drainés assurent une idéale maturation des grappes, garantissant la finesse des arômes et des tanins.

Le vignoble du Château aujourd'hui
A présent, 45 hectares sont complantés en vignes, bordés par le lit du Gassac, rivière arrivée tout droit des Cévennes, et protégés par les collines de garrigues environnantes et les bois.

La densité à l'hectare est de 3 800 pieds. Le sol est fertilisé au moyen de fumures organiques.